Visites

Translate

jeudi 9 mars 2017

Quatrième Fuck (Fec) ou non ?!!!

Fight Like A Girl @Zazzle


Jeudi 10 Mars 2016


   Ma prochaine chimio va arriver vite, très vite, trop vite. Je ne sais toujours pas si je fais cette quatrième cure de Fec ou non ! Pas de nouvelles des docs, je suis sur les nerfs, je fais quoi ? 

   Ce matin, je vais à ma séance de sport à l'hôpital et je suis à la bourre pour ne pas changer mes bonnes habitudes de Montpelliéraine - je précise que j'habite à 15 min de l'hosto ! - Je gare la voiture et je presse le pas, histoire de m'échauffer un peu avant d'aller pédaler ! Sur mon chemin je croise mon oncologue
- il n'y a jamais de hasard -en civil, en route pour sa journée de boulot. Mon oncologue c'est un jeun's, la trentaine je dirais, brun, petites lunettes, il me fait un peu penser à Harry Potter (sans la cicatrice en forme d'éclair). Sauf que lui, son super pouvoir magique c'est de soigner le Cancer et qu'il a étudié la médecine et pas à l'école des sorciers, - enfin, je suppose -. Alors je saisis l'occasion, et je lui saute dessus avec toutes mes questions : « Vous avez reçu mes résultats de l'écho ? Vous en pensez quoi ? On fait quoi pour la prochaine chimio ? Fec pas Fec ? »
Je crois qu'il a perçu mon niveau de stress... Il me dit d'aller à mon cours et qu'il me recevra à son bureau juste après. Je file faire ma séance de sport, - toujours à la bourre mais maintenant j'ai une excuse valable -. Rituel habituel de l'Oxymètre, et je saute sur mon vélo, pleine d'énergie, pressée et enfin soulagée. Mes angoisses vont enfin se dissiper, d'ici une heure je serai fixée. Les minutes me paraissent encore plus longues que d'habitude, j'ai l'impression que le compteur du vélo tourne au ralenti ! J'ai tellement hâte de savoir. Je crois que finalement la réponse m'importe peu, je veux juste que mon oncologue prenne la décision pour moi, pour ne plus avoir à porter ce fardeau.

   La séance se termine, je saute de mon vélo, un passage éclair au vestiaire, je change au moins de t-shirt, une lampée d'eau, un « salut, à lundi » et je file au pas de course en direction du bureau des oncos. Je m'installe dans la salle d'attente, face à sa porte pour ne pas qu'il me zappe - et oui on n'avait pas rendez-vous à la base -. Il me fait passer rapidement entre deux patients, j'arrive dans son bureau et je me rends compte que je suis dégoulinante de sueur, pas très glamour mais bon je sors d'une séance intensive de vélo.
On s'installe, il me demande comment s'est passée ma dernière chimio.
Je lui dis que ça s'est pas trop mal passé, toujours un peu malade mais moins violent que les précédentes. Il me propose de m’ausculter 
- euh... Je suis pleine de sueur et je ne dois pas vraiment sentir la rose...si on peut s'en passer...-. Je lui dis que les résultats de l'écho sont encourageants, il ne les a pas encore vus :
"- Super, c'est une bonne nouvelle, bon pas besoin de vous ausculter pour cette fois.
- Oui, je pense que c'est mieux pour vous j'ai bien transpiré sur le vélo aujourd'hui !
- ...
- ...
- Bon, étant donné que vous avez plutôt bien supporté la précédente injection, et que les résultats sont positifs on va faire cette quatrième cure de Fec.
- Ok. "

   Je suis soulagée, même si je ne veux pas me taper une quatrième cure de ce putain de poison qui me rend malade comme un chien, tout le monde est enfin d'accord sur mon protocole de traitement et ça c'est une vraie épine retirée de mon pied !


   Quatrième et dernière cure de Fec, une étape est franchie ! Il paraît que j'ai passé le plus dur enfin ça on verra, car cette phrase je commence à l'entendre à toutes les sauces, après la première cure, après la deuxième, etc... Et puis surtout je suis dans l'inconnu de ce qui m'attend pour la suite, et du temps que ça va durer donc pour ce qui est du plus dur, on fera le bilan plus tard !

   Aujourd'hui, je ne suis pas seule pour me rendre à l'hosto, mon frangin a débarqué ce weekend et il m'accompagne dans la boîte à chimio, il va être là pour me tenir la main, et ça va être concours de blagues et humour noir pour passer le temps.
Ça fait du bien d'avoir un allié pour casser la gueule à cette m**** de Cancer et papoter pour mieux supporter l'injection de ce poison dans mes veines !
Heureusement cette quatrième cure de Fec sera la dernière, même si les précédentes ne m'ont pas rendu aussi malade que la première, j'ai mis du temps à m'en remettre, mon corps est fatigué, usé, abimé. Je ne suis pas sûr de réussir à encaisser plus. Même si je suis branchée en mode super combat et que j'ai sorti ma tenue de super-héroïne, je sens que la chimio commence à avoir un effet kryptonite sur moi.

Frangin/Frangine







  
La séance se déroule pas trop mal et me parait moins longue que d'habitude même si l'attente a été longue avant qu'on me branche. Petite séance selfie avec le frangin, difficile d'en trouver une bonne car je commence à être bouffie à cause de la cortisone en pré-médication (pour éviter les allergies au Fec) et j'ai des yeux de pandas entre les cernes bien marquées de noir genre coquard et les irritations des paupières qui me brûlent et me font pleurer à longueur de journée... On délire sur le contenu des poches à chimio, de couleurs différentes, chacun sirote son cocktail en perf dans ce bar à thème médical. Je propose de lui faire goûter le plat du jour mais la nourriture d'hosto ça le connait, il y passe tout son temps ! La journée passe plus vite, et ça y est j'ai l'impression d'avoir accompli une bonne partie de ce long voyage en enfer. Déjà quatre cures derrière moi, et même si la route est encore longue, j'ai déjà réussi à faire faiblir mon adversaire. 

   Je rentre épuisée, je dépose mes gants de boxe pour vingt-trois jours de répit avant d'entamer la suite du protocole. Je vais avoir du mal à me relever après ce dernier combat. Les jours qui suivent vont être éprouvants, les effets secondaires ne me lâchent pas la grappe. Je n'aurais pas pu faire une cure de plus car je sens que mon corps ne tient plus la charge. Je me déconnecte pour quelques jours, et j'hiberne au fond de mon canapé, le chat pour me tenir chaud.

   Après quelques jours, une fois capable de me relever, et malgré la fatigue accrochée à mes épaules et les effets secondaires dans mes pas, je vais profiter de mes derniers jours de liberté sans être obligée de pointer à l'hôpital. Un pique-nique au soleil en amoureux, une escale en bateau à Sète avec mon papa, une journée shopping et un mojito à Marseille entre copines et un weekend en Lozère, au grand air, pour oublier un peu tout ça et respirer !
Dans quelques jours j'attaque le Taxol en cure hebdomadaire...



M.I.A - Paper Plane

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser un commentaire !