Visites

Translate

jeudi 20 avril 2017

Les attaques multiples de l'adversaire, les effets secondaires ! Numéro 4 : Sécheresses et thrombopénie.

Sang - @photodeNature


Du 14 Avril au 28 Juillet 2016


   Alors là on aborde une partie délicate des effets secondaires. On en parle trop peu alors que c'est une tannée. Les sécheresses concernent toutes les muqueuses. De la bouche au vagin, en passant par le nez. - Oui j'ai bien dit vagin, ceci n'est pas un gros mot ! -.
Dans mon petit livret explicatif donné à l'hôpital, je peux lire : « Problèmes de bouche et de muqueuses. Evitez les aliments durs et secs. Evitez les aliments acides. Buvez lentement avec une paille. Sucez des glaçons, - lol -des sorbets, etc. Prenez soin de votre bouche, dents et gencives en faisant des rinçages de bouche prescrits. »
Pour la bouche on est ok, il existe tout un tas de produits adaptés : bains de bouche au bicarbonate de sodium, gel anti-aphtes, spray buccal protecteur, etc... J'ai toute la panoplie. 
Mais le nez et le vagin dans tout ça ? Pas un mot là-dessus. Et pourtant les sécheresses sont aussi désagréables et douloureuses pour toutes les muqueuses ! 

   J'ai la chance d'avoir un frangin dans le métier, qui m'explique qu'il y a également des solutions pour venir à bout des sécheresses vaginales. - Merci, femmes, nous sommes sauvées ! - . Nous ne sommes pas obligées de rester avec l'entrejambe en feu. Et c'est notre partenaire qui est aussi content que nous... Je me fais donc prescrire des applicateurs de crème pour soulager les brûlures et un traitement à base d'ovules pour refaire la flore vaginale. Et c'est le bonheur ! 
Parfois quelques réminiscences mais bien plus supportable au quotidien et de nouveau parée pour des galipettes – oui, parce que même quand on est malade, on a quand même le droit de se faire un peu plaisir! -.

   Parlons maintenant du nez. L'intérieur du nez pour être plus précis. C'est également une muqueuse et il est donc également asséché. La meilleure solution que j'ai trouvée pour venir à bout de la désagréable sensation de nez tout sec c'est me badigeonner l'intérieur du nez à la vaseline à l'aide d'un coton tige. - Oui je vous avais prévenus ce n'est pas glamour tout ça ! -. Mais ça fonctionne plutôt bien. 
The Blood River ou thrombopénie. Alors celui-là, il n'est pas du tout répertorié dans la liste des effets secondaires du Taxol. Et oui, on me laisse des petites surprises... 
Alors la première fois qu'un flot de sang se déverse de nos narines, on ne s'inquiète pas trop, saigner du nez ça arrive parfois. Je sais également que l'assèchement de la muqueuse nasale peut engendrer cet effet. Mais quand ça commence à se produire tous les jours, n'importe où, n'importe quand, on finit par s'inquiéter et tirer sur la sonnette d'alarme ! On en parle au doc.

   Ce qu'il y a de bien chez les médecins quand vous êtes sous chimiothérapie, c'est que peu importe ce que vous avez, ça ne les inquiète jamais car c'est forcément un effet secondaire du traitement ou bien un effet secondaire des médicaments que vous ingérer pour limiter les effets secondaires du traitement.
Oui, pour faire plus court, on remplace des effets secondaires par d'autres effets secondaires...

   Alors la thrombopénie qu'est-ce que c'est ? C'est tout simplement une pénurie de plaquettes dans le sang. La chimiothérapie a comme effet de ralentir la fabrication des composants du sang (globules blancs, globules rouges et plaquettes). Et une forte baisse des plaquettes peut entrainer des problèmes de coagulations et des saignements. D'où les saignements de nez incontrôlables.

   On finit par s'y faire, saigner du nez tout le temps et partout... En faisant les courses, en prenant sa douche, en faisant pipi - là au moins on a le rouleau de PQ à proximité -, en coupant les légumes, en conduisant, en dormant, etc. 
Le truc, c'est de toujours être armée d'un paquet de mouchoirs (voire deux car c'est parfois les chutes du Niagara) et d'éviter de porter du blanc, ça tâche ! 
L'avantage de porter un masque de glace en séance de chimio, si je peux appeler ça un avantage, c'est que j'ai du répit. Pas de saignements grâce au froid - ou aux probables stalactites qui se forment dans mon nez tellement je suis gelée -. Par contre, ça ne protège pas de la malveillance de certains c***. Je ne vois plus l'ennemi arriver – et je ne peux pas lancer mon regard de tueuse... -.



   Un matin, installée en salle de chimio avec ma cousine, je vois arriver une nouvelle venue, accompagnée d'un homme, sûrement son époux, vêtu d'une chemise hawaïenne bien bariolée. Ça détonne sur fond de mur vert et fauteuils roses, mais au moins ça donne la pêche de bon matin. Ils s’installent dans la salle suivante. 
Une bonne heure plus tard, mon injection commence, je suis plongée dans le noir et le froid. Ma cousine me fait la conversation quand un homme nous interrompt. Je ne l'ai même pas entendu arriver avec mon ouïe exacerbée ! C'est un ninja. Il pose quelque chose sur ma tablette qui fait un bruit lourd. Je suppose un livre. 
Avec un étrange accent, il se lance dans un étrange monologue : « Madame, je viens vous parler de Dieu. Lui seul qui contrôle la vie et la mort. Celui qu'il faut prier pour vous en sortir... ».
Je ne l'écoute déjà plus, je suis athée et je vais encore moins me mettre à croire à un dieu avec ce que je traverse aujourd'hui. Je tente de l'interrompre dans son monologue et lui répond que je ne suis pas intéressée. 
Il insiste et continue à me balancer dans la figure sa parole de Dieu. 
Si je suis malade c'est la volonté de Dieu. - WTF ?!!! -
Je me sens agressée, et le somme de partir. Je le sens toujours là face à moi, les deux pieds dans ma bulle d'intimité, il continue à parler. Je rêve de tomber mon masque et de lui envoyer sa bible dans la figure mais je ne peux pas. Bloquée dans ma prison iceberg.
Je suis obligée d'hausser la voix, de l'envoyer bouler, et le bruit du chariot de l'infirmière qui revient dans la salle finit par avoir raison de lui, il tourne les talons et s'en va. 

   Je suis abasourdie. Ma cousine aussi, restée bouche bée devant son insistance. Comment cet homme peut profiter de l’absence de l'infirmière, utiliser la faiblesse des gens et s’immiscer dans leur intimité pendant un moment douloureux, pour essayer de vendre sa bible et son charabia ?! Je suis en colère. 
Ce grand prédicateur c'était l'homme entré en chemise hawaïenne, un peu plus tôt dans la matinée. 
On ne fait pas que de belles rencontres sur les chemins du cancer. 


Janis Joplin - Cry Baby




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser un commentaire !