Visites

Translate

jeudi 27 avril 2017

Les attaques multiples de l'adversaire : les effets secondaires. Numéro 5 : La corde lymphatique.

Official Fight Like a Girl Breast Cancer

Du 14 Avril au 28 Juillet 2016


   J'ai déjà énuméré un bon nombre d'effets secondaires. De MES effets secondaires pour être exacte. Il n'y a pas de règles. Certains n'en n'auront que très peu – je ne pense pas que l'on puisse en avoir aucun – et pour d'autres la liste sera à rallonges. Chaque corps est différent, on ne reçoit pas tous les mêmes poisons ou dans les mêmes quantités. Tous ces facteurs font que personne ne réagira de la même manière aux traitements et à leurs effets secondaires.

   Je ne sais pas dans quelle mesure mes camarades de guerre les vivent. On n'en parle pas en salle d'injection. Entre ces murs, mes seuls échanges à ce propos se passent dans le bureau de l'oncologue ou en arrivant durant le debrief' de la semaine avec l'infirmière. 

    Même si certains effets sont visibles sur les corps de chacun, et que la douleur peut se lire sur un visage comme dans une posture, on n'en parle pas entre nous. Surement par pudeur. Alors on parle de la pluie et du beau temps, de l'actualité locale, du film d'hier soir ou de la star musicale du moment.
Moi je parle peu mais j'écoute beaucoup. J'adore quand je me retrouve au milieu d'un petit groupe d'habitués. Ceux qui se croisent aux mêmes dates et qui choisissent toujours le même siège. J'ai parfois l'impression d'être au café du village, où défilent au comptoir toutes les figures connues ! Je suis amoureuse de cet accent chantant qui rallonge les mots et transforme les prononciations
– et je découvre encore certaines expressions -.Le Midi libre sur la tablette, la tv allumée, et l'infirmière qui remplit les perfs. Pas de pastis ici et pas de cigales non plus. On est bercé par le chant des machines. 
Je les écoute parler. Il y a toujours celui qui lance les sujets, le fait divers du jour, et puis chacun y va de son petit commentaire. 
Il y a parfois des silences mais la tv finit toujours par remettre un sujet sur le tapis. Je souris beaucoup en les écoutant parler. Les heures passent et ils restent assis là ensemble. Et puis il y a les habitués qui s'arrêtent juste un instant comme le facteur. Ceux qui font leur chimio à domicile et qui passent ici juste le temps que l'infirmière les réapprovisionne.

   Parmi ceux-là, il y a cette femme dont j'ai déjà oublié le nom... comme tous les autres. Elle a un certain âge, blondinette et frêle. Elle porte souvent des couleurs vives comme le rouge et une petite banane autour de la taille. Je crois que c'est pour le branchement de la chimio. Je ne suis pas sûre, n'ayant jamais osé demander. Elle arrive toujours très pétillante et s'assoit avec les autres en prévenant qu'elle ne reste pas. Elle a toujours un truc à raconter à propose de son chien, sa fille ou son boucher. Et elle nous interpelle toujours avec des « c'est pas vrai ? ». Elle me fait mourir de rire. Elle parle tout le temps mais jamais du traitement ou de ses effets secondaires. Je me souviens de ce jour où passait un clip vidéo sur TF1. C'était un mec de la nouvelle star, Amine je crois. Elle sautillait sur son fauteuil « J'adore cette chanson, et puis il est tellement beau ce garçon, c'est pas vrai ?! ». Ce qui suscita d'autres commentaires à propos du physique du jeune garçon chez ses voisines !
J'ai adoré ce moment, je n'étais plus en chimiothérapie mais au milieu des potins d'un groupe de copines au café du coin. 
Robert Doisneau - Le bain de soleil - 1966

   Un matin, sur la pointe des pieds, je tentais désespérément de tendre le bras pour attraper une tasse dans le placard du haut de la cuisine, impossible ! La douleur me saisit et je ne peux plus lever le bras. Mon mouvement est stoppé net. Je passe la main sous mon bras, puis de mon aisselle à ma hanche, je sens que c'est là. Je lève mon bras à son maximum - c'est à dire pas bien haut -,la main légèrement au-dessus de ma tête, je soulève mon t-shirt et j'essaye de regarder sous mon aisselle. Je peux la voir à travers ma peau, bien tendue – j'hallucine - !
Pas besoin de réfléchir bien longtemps, j'ai un flash du discours de la kiné. La corde lymphatique s'est belle et bien installée dans mon bras ! Je peux la sentir du bout des doigts. Je la parcours, de mes côtes à mon aisselle puis sous le bras jusqu'au poignet, elle est tendue comme un câble m'empêchant de gesticuler comme je le voudrais. Pourquoi 5 mois après l'opération ? 
Besoin de comprendre le phénomène, je fais quelques recherches. Je commence par un petit cours d'anatomie : le système lymphatique c'est quoi ?

Système lymphatique du bras
   « La vie des cellules nécessite oxygène et nutriments. Ces derniers arrivent sous forme de sucres, graisses, eau, protéines, sels minéraux, etc... Ils sont apportés dans le sang par les artères, artérioles et capillaires et sont consommés par les cellules.
La fonction principale du système lymphatique, qui est un sous-ensemble du système circulatoire, est de transporter la lymphe, qui est un liquide clair, incolore qui contient les globules blancs qui aident le corps à se débarrasser des toxines, des déchets et des autres produits indésirables. - Donc le système lymphatique c'est un peu le vide ordures de nos cellules ! -.
C'est un réseau de tissus et d’organes qui consiste principalement en des vaisseaux lymphatiques, ganglions lymphatiques et la lymphe. Les amygdales, les adénoïdes, la rate et le thymus font tous partie du système lymphatique. Il y a 600 à 700 ganglions lymphatiques dans le corps humain qui filtrent la lymphe avant qu’elle retourne dans le système circulatoire. »

   Ok pour le cours de sciences mais ça ressemble à quoi ? J'ai posé la question à mon kiné et ça a été tout de suite plus clair. Le système lymphatique est comme un fin filet de pêche recouvrant les muscles. Celui du bras droit est étendu du sein droit jusqu'à la main droite. Personne ne sait vraiment expliquer pourquoi mais, quand le corps est contrarié par une intervention chirurgicale, souvent sur cette zone sein/aisselle, l'une des cordes du maillage peut se tendre et du coup bloquer la mobilité du bras.
Du coup, seul moyen de la détendre : le drainage lymphatique. Petits massages en surface pour drainer la lymphe mais également, massages de la corde – là c'est tout de suite moins doux -,mobilisation et étirements du bras - ce n'est pas une partie de plaisir - !
Seul moyen pour pouvoir récupérer un peu plus de mobilité dans le bras et pouvoir de nouveau attraper ma tasse dans le placard... Tout ça, à raison de deux séances kiné par semaine pendant une durée indéterminée... Bref, agenda médical encore bien rempli.



WoodKid - Run boy run

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser un commentaire !